Mon commentaire du livre de Anastassia Lyssyvets : « Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine » :

Dans son émouvant mais terrifiant témoignage, fondamental pour notre Mémoire Universelle, Anastassia Lyssyvets retrace en 1976 sa véritable histoire.
En effet, lorsqu’elle avait entre 9 et 12 ans elle a vu son enfance se transformer en un gigantesque cauchemar, entre 1931 et 1934 en Ukraine, pendant la Grande Famine (Holodomor) de 1932-1933, conduisant à la mort de 6 MILLIONS de paysans innocents.L’auteur raconte donc, l’inéluctable descente vers une mort certaine par la faim : lente, « à petit feu » et affreusement douloureuse, de nombreux membres de sa famille. A tel point qu’avant de mourir ces pauvres gens n’avaient plus peur de la mort elle-même, car ils avaient : « juste extrêmement faim ».
Anastassia Lyssyvets, par chance et surtout grâce aux sacrifices de ses parents, survécut à cette hécatombe par la Famine, mais elle vit mourir sous ses yeux :
– D’abord son père ;
– Ensuite son frère Vassylko ;
– Puis sa mère ;
– Puis encore sa petite soeur Halka ;
– Et bien d’autres membres de sa famille, de ses voisins, de ses amis…Ce Génocide Stalinien a été provoqué par la politique de Collectivisation, engendrant des réquisitions forcées : jusqu’au moindre grain de millet et au plus petit morceau de nourriture chez les paysans.
Cette tragédie provoqua de nombreuses et horribles scènes de cannibalisme.
Ce programme d’extermination a eu pour objectif, l’anéantissement total par la politique de « Dékoulakisation » de la paysannerie, notamment Ukrainienne, par l’Arme de destruction massive : la FAMINE !
Le Génocide par cette Grande Famine de 1932-1933 porte aujourd’hui le nom de : HOLODOMOR.Confer également :
– le C.D. audio sur ce même thème, de Nicolas Werth La grande famine en Ukraine 1932-1933, ainsi que l’important ouvrage de Robert Conquest La grande terreur, précédé des « Sanglantes moissons : Les purges staliniennes des années 30 ».

Puis, les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de :
– Alexandre Soljénitsyne (L’archipel du Goulag) ;
– Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ;
– Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ;
– Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ;
– Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ;
– Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ;
– Iouri Tchirkov (C’était ainsi… Un adolescent au Goulag) ;
– Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ;
– Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980) ;
– Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 – 1924) ;
– Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ;
– Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ;
– Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ;
– Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ;
– Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ;
– Lev Razgon (La vie sans lendemains) ;
– Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ;
– Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ;
– Gustaw Herling (Un monde à part) ;
– David Rousset (L’Univers concentrationnaire) ;
– Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ;
– Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ;
– Claire Ly (Revenue de l’enfer) ;
– Primo Levi (Si c’est un homme) ;
– Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ;
– Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ;
– Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l’enfer des chambres à gaz) ;
– François Ponchaud (Cambodge année zéro) ;
– Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L’île de l’enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ;
– François Bizot (Le Portail) ;
– Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d’être né là-bas : Corée du Nord : l’enfer et l’exil) ;
– Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ;
– Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ;
– Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).

RACONTE LA VIE HEUREUSE.jpg

Un commentaire sur “Mon commentaire du livre de Anastassia Lyssyvets : « Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine » :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s