Mon commentaire du livre de Malay Phcar : « Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 » :

Malay Phcar, enfant âgé de 9 ans en 1975, raconte l’horreur de la déportation et de l’extermination de sa famille (parmi des centaines de milliers d’autres) ; et chassée de la ville de Phnom Penh au Cambodge, par les communistes Khmers rouges.

L’auteur décrit son calvaire enduré lors des différentes étapes de sa déportation : en wagons à bestiaux, marchant et trébuchant en chemin sur d’innombrables cadavres humains exécutés par les Khmers rouges, ou morts de faim, de maladie, d’épuisement…

On retrouve dans le Cambodge de Pol Pot, toutes les caractéristiques totalitaires des régimes communistes, dont l’objectif était de rééduquer ou de massacrer « le peuple ancien » pour recréer « le peuple nouveau ».
En effet, les crimes contre l’Humanité et les génocides étaient orchestrés au nom de :
– L’idéologie de la « lutte des classes » (guerre civile) ;
– La déportation en camps de concentration et donc du travail forcé (esclavagisme) ;
– Des réquisitions forcées des récoltes agricoles, ce qui engendra des centaines de milliers de morts par famines et une malnutrition chronique pour les survivants ;
– L’extermination (fusillades, tueries à coups de bâton, noyades, pendaisons, tortures à mort, etc.) des innocents « ennemis du peule » susceptibles d’être « contaminés » par l' »esprit bourgeois capitaliste ».

Toute cette barbarie au Cambodge a conduit au terrifiant génocide d’environ 2 MILLIONS de tués, sur une population totale de 8 millions d’habitants. Il s’agit du monstrueux « record » du pourcentage le plus élevé des totalitarismes communistes : soit 25 % de la population exterminée en seulement 4 années (entre 1975 et 1979) !

Seuls à ce jour, le bourreau Douch du centre de détention S-21 et quelques autres criminels Khmers rouges sont en cours de jugement, alors que tous les tortionnaires et hauts responsables communistes dans le monde, dont Pol Pot, n’ont jamais été jugés pour leurs crimes.

Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de :
– Alexandre Soljénitsyne (L’archipel du Goulag) ;
– Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ;
– Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ;
– Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ;
– Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ;
– Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ;
– Iouri Tchirkov (C’était ainsi… Un adolescent au Goulag) ;
– Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ;
– Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 – 1924) ;
– Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ;
– Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ;
– Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ;
– Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ;
– Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ;
– Lev Razgon (La vie sans lendemains) ;
– Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ;
– Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ;
– Gustaw Herling (Un monde à part) ;
– David Rousset (L’Univers concentrationnaire) ;
– Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ;
– Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ;
– Claire Ly (Revenue de l’enfer) ;
– Primo Levi (Si c’est un homme) ;
– Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ;
– Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ;
– Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l’enfer des chambres à gaz) ;
– Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ;
– François Ponchaud (Cambodge année zéro) ;
– Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L’île de l’enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ;
– François Bizot (Le Portail) ;
– Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d’être né là-bas : Corée du Nord : l’enfer et l’exil) ;
– Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ;
– Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ;
– Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).

UNE ENANCE EN ENFER

Un commentaire sur “Mon commentaire du livre de Malay Phcar : « Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 » :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s