Mon commentaire du livre de Max Gallo : « Révolution française, Tome 2 : Aux armes, citoyens ! » :

(Pour le début des « évènements », confer Max Gallo Révolution française, Tome 1 : Le Peuple et le Roi (1774-1793) :

https://totalitarismes.wordpress.com/2018/10/11/mon-commentaire-du-livre-de-max-gallo-revolution-francaise-tome-1-le-peuple-et-le-roi-1774-1793/

Dans la nuit du 10 au 11 mars 1793, les députés votent la création d’un Tribunal Révolutionnaire, un Tribunal en réalité CRIMINEL et TERRORISTE.

A partir de cette période, les massacres de masse, par CENTAINES de victimes, s’intensifient. La violence est partout omniprésente : on pille, on fusille, on guillotine… et même on crucifie !

Les conspirations, les machinations, les trahisons, les dénonciations sont généralisées. La TERREUR se met en ordre de marche.
Le Tribunal Révolutionnaire arrête et juge arbitrairement puis exécute sommairement par la guillotine ou par les divers autres moyens ignobles de tortures à mort de cette époque, des DIZAINES de citoyens « otages », « contre-révolutionnaires », dans le cadre de la loi sur les « SUSPECTS » (page 191) :

« Tout citoyen peut devenir suspect, donc accusé, donc condamné à mort ».

Le Comité de Salut Public des Jacobins dirigé d’abord, par Marat puis par Danton et enfin par Robespierre, impose la PEUR par la Terreur (le 5 septembre 1793) partout en France : c’est la Guerre Civile.

A partir du 10 octobre tout s’accélère, le Comité de Salut Public dirigé par le DICTATEUR Robespierre, devient l’organe de « gouvernement » Terroriste de la nation.
C’est la Grande Terreur, la guillotine tourne à plein régime : une véritable boucherie (page 119) :

« C’est un automne et un hiver cruels.
Il a suffi de quelques semaines pour que la loi des suspects remplisse les prisons.
Le nombre des détenus, à Paris, est multiplié par quatre entre septembre et décembre 1793. Et les têtes roulent dans le sac ».

Désormais, les massacres se comptent par MILLIERS de victimes (page 120) :

« Fouché et Collot d’Herbois, à Lyon, constituent une commission militaire, qui condamne à mort mille six cent soixante-sept « aristocrates », « fédéralistes », traîtres, suspects ».
Et Carrier, à Nantes, entasse dans les barcasses les condamnés, qu’il noiera dans la Loire ».

Et aussi (page 136) :

« On fusille en huit « chaînes » mille huit cent quatre-vingt-seize prisonniers, près d’Angers. Des centaines d’autres sont exécutés ».

Egalement (page 137) :

« Les « noyades » se multiplient. On coule les pontons sur lesquels on entasse prêtres réfractaires, prisonniers qu’on appelle « brigands ». Et on dénombre au moins cinq mille victimes.
Et la rumeur se répand de supplices atroces, de femmes fondues vives pour en tirer une graisse médicinale, de peau des victimes tannée comme du cuir, de mariages républicains, consistant à noyer un couple, attachés nus l’un à l’autre et jetés dans la Loire ».

Et encore (page 144) :

 » Dans Commune-Affranchie, ci-devant Lyon, on dénombre mille six cent soixante-sept exécutions, trois cent quatre-vingt-douze à Arras, cent quarante-neuf à Cambrai, d’ordre de Joseph Le Bon, député à la Convention, ancien curé, marié. Et âgé de vingt-huit ans ».

Le 16 octobre, Marie-Antoinette est condamnée à mort et est guillotinée le jour même.

Le général Turreau crée douze « Colonnes infernales » dans le but d’exterminer la Vendée et le peuple Vendéen, d’en faire : « un monceau de cendres arrosé de sang ».
Le bilan du Populicide ou GENOCIDE Vendéen avoisine les 120 000 victimes !

Enfin ! Après le massacre de plusieurs CENTAINES de MILLIERS de citoyens en seulement 5 années, le parcours du tyran et terroriste : Robespierre, chef des Jacobins, prend fin par sa mort (guillotiné évidemment) le 9 Thermidor soit le 27 juillet 1794.

Le terrible bilan, 5 ans après le début de la Révolution : la population est exsangue et meurt de faim.

En octobre 1795, Barras propose à un « certain » Bonaparte, de prendre le commandement en second de l’armée de l’Intérieur. Et c’est une nouvelle page de l’Histoire de France qui s’ouvre…

Pour conclure, m’intéressant aux régimes Totalitaires en général et à celui du Communisme en particulier, je ne peux terminer ce trop long commentaire (mille excuses !), sans exposer l’évidente filiation entre le régime « Proto-Totalitaire » Jacobin et le régime Totalitaire Communiste.

En effet, à travers ce passionnant récit, on s’aperçoit qu’il existe de très nombreuses similitudes entre les Bolcheviques (Communistes) Russes de 1917 à Petrograd et les Jacobins.
A commencer par les décrets sur la TERREUR : chez les Jacobins Français, il s’agit du 5 SEPTEMBRE 1793, et chez les Bolcheviques Russes, c’est le 5 SEPTEMBRE 1918. Parfait hasard me direz-vous !
D’ailleurs, Lénine et Trotski se revendiquaient ouvertement de s’être LARGEMENT inspirés de leurs méthodes Terroristes.
D’autres exemples de similitudes chez les Bolcheviques : la création des Tribunaux Révolutionnaires, la Guerre Civile, les noyades et crimes de masse, la volonté d’exterminer des populations entières, telles que, les « bourgeois », les « ennemis de classe », les Koulaks (la dékoulakisation), les cosaques (la décosaquisation), etc..
Bref, une notion du GENOCIDE ciblée, totale et déterminée ; comme le Génocide Vendéen.
Beaucoup de termes employés sont également similaires : les « ennemis du peuple », les « suspects », les « otages », les « contre-révolutionnaires », etc..

Mais Lénine avait préparé son Parti Bolchevique Révolutionnaire Professionnel longtemps à l’avance, depuis 1902 – 1903. De plus, Lénine et Trotski possédaient un atout majeur, un poison, qu’ils avaient distillé depuis de nombreuses années au sein de la société Russe : l’IDEOLOGIE Marxiste de la « lutte des classes » et de la « Dictature du prolétariat ».
Cette Idéologie leur permit d’être plus « performant » que les Jacobins dans l’application de la TERREUR DE MASSE.
Les Jacobins n’étaient pas assez : « professionnels », organisés, solidaires et surtout ils n’avaient pas de cohésion IDEOLOGIQUE clairement définie, pour mener à terme leur plan tyrannique…

Confer également d’autres ouvrages aussi passionnants sur le même thème de :
– Reynald Secher Vendée : du génocide au mémoricide : Mécanique d’un crime légal contre l’humanité ;
– Max Gallo Révolution française, Tome 1 : Le Peuple et le Roi (1774-1793) ;
– Max Gallo L’âme de la France : Tome 1, Une histoire de la Nation des origines à 1799 ;
– Max Gallo L’âme de la France : Tome 2, de 1799 a nos jours ;
– Sous la direction de Renaud Escande Le livre noir de la Révolution Française ;
– Gracchus Babeuf La guerre de la Vendée et le système de dépopulation ;
– Reynald Secher La Vendée-Vengé : Le génocide franco-français ;
– Patrice Gueniffey La politique de la Terreur : Essai sur la violence révolutionnaire, 1789-1794.

REVOLUTION FRANCAISE TOME 2

Un commentaire sur “Mon commentaire du livre de Max Gallo : « Révolution française, Tome 2 : Aux armes, citoyens ! » :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s