Mon commentaire du livre de Robert Badinter : « Demain vous voterez l’abolition de la peine de mort » :

Une formidable idée de la part de la société d’édition les « Éditions Points », que d’avoir publié à travers différents petits fascicules, de grands discours qui ont marqué l’histoire du 20ème siècle.

Ce premier discours est celui de Robert Badinter, prononcé lors du débat sur l’abolition de la peine de mort, le 17 septembre 1981 devant l’Assemblée nationale.

La torture puis l’esclavage ayant été abolis en France, il restait donc encore à abolir la peine de mort. En 1981, la France était honteusement l’un des derniers pays en Europe occidentale à ne pas avoir encore aboli la peine de mort.
Ce projet de loi pour l’abolition de la peine de mort avait déjà été soulevé le 30 mai 1791, par Louis Le Pelletier de Saint-Fargeau. Mais la première Constituante rejeta ce projet, le 6 octobre 1791.
Puis, Napoléon Bonaparte inscrivit la peine de mort dans le Code pénal.
200 ans plus tard, la peine de mort fut donc enfin abolie lors du vote à l’Assemblée nationale le 18 septembre 1981, le lendemain du discours de Robert Badinter.
Depuis 2007, l’interdiction du rétablissement de la peine de mort est inscrit dans notre Constitution.

Le second discours est celui de Maurice Barrès contre l’abolition de la peine de mort, le 3 juillet 1908 à la Chambre des députés. Entre autres, Maurice Barrès s’opposa à d’illustres personnages, tels que : Jean Jaurès et le garde des Sceaux de l’époque, Aristide Briand.
Ce jour-là, le projet de loi abolitionniste fut donc repoussé par la Chambre des députés.

Selon moi, la peine de mort doit être abolie dans tous les États du monde, pour au moins trois raisons fondamentales fort bien explicitées par Robert Badinter, lors de son discours :
1 / Ce premier point, le plus essentiel, se suffit à lui seul : Aucun État, ni aucun individu, quel qu’en soit le motif, ne peuvent s’arroger le droit de TUER un être humain. Le respect de l’intégrité physique étant un droit universel inaliénable.

2 / Ensuite, la Justice des Hommes n’étant pas infaillible, il est évident que toute réparation après avoir exécuté un condamné à mort, est dramatiquement…, irrémédiablement IMPOSSIBLE.

3 / Un État quel qu’il soit, qui, en ce début de 21ème siècle, dans ce 3ème millénaire, n’a pas encore aboli la peine de mort, doit impérativement se poser la question cruciale suivante :
Est-il un État Démocratique ou non ?

Voici une très courte phrase d’inspiration universellement humaniste, à l’encontre de la peine de mort :

« Tu ne tueras point ! ».

Confer également dans cette superbe collection :
– Du sang, de la sueur et des larmes : Suivi de L’Appel du 18 juin ;
– Le mal ne se maintient que par la violence : Suivi de La vérité est la seule arme dont nous disposons.

DEMAIN VOUS VOTEREZ L'ABOLITION DE LA PEINE DE MORT

Un commentaire sur “Mon commentaire du livre de Robert Badinter : « Demain vous voterez l’abolition de la peine de mort » :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s